Inutile d’avoir de « gros » muscles pour bien jouer au golf, mais...

 

Tonus musculaire

Au golf, il est bien préférable d’avoir un bon tonus musculaire qu’un important volume musculaire. Les bonnes performances des golfeuses sont là pour nous le rappeler, elles dont les muscles sont le plus souvent fins et élancés. 

Le tonus musculaire c’est cette tension de base, cette contraction musculaire minimale permanente qui potentialise la puissance et la réactivité de vos gestes. Un potentiel d'action qui donne au mouvement tout son dynamisme.

La pratique du golf ne nécessite donc pas une importante force pure.

Il faut que le geste soit rapide, puissant, tonique et parfaitement contrôlé. Votre entraînement physique doit donc répondre aux besoins spécifiques du swing et, en particulier, prendre en considération les trois types de contraction dont sont capables nos muscles.

En développant votre tonus musculaire, vous augmentez la qualité de votre swing, mais ce n'est pas tout.

Le tonus musculaire augmente la réactivité des muscles squelettiques. Ils contrôlent ainsi beaucoup mieux la vitesse et l'amplitude de déplacement des articulations et offrent du même coup une meilleure protection contre les risques de blessures au golf.

C'est pourquoi, prendre quelques minutes par semaine pour renforcer la qualité tonique de vos muscles vous permet d'être plus performant, plus régulier et de jouer plus sereinement, en particulier pour les seniors.

 

Bien comprendre le muscle pour bien l'entraîner.

Tout d’abord, il faut imaginer qu’un muscle est schématiquement composé de trois parties : deux tendons placés à ses extrémités qui vont l’arrimer le plus souvent sur des os, et un « corps charnu » qui est la partie médiale, active et contractile.

La contraction d’un muscle squelettique est le résultat d’une réaction chimique qui se produit dans le muscle lui-même et qui démarre sous l’influence de l’influx nerveux.

Cette impulsion électrique, qui déclenche la contraction musculaire, provient soit d’une commande volontaire, soit d'un réflexe. La commande volontaire est consciente et initiée par le cerveau. Le réflexe, quant à lui, déclenche la contraction musculaire sans avoir besoin d’y penser :  par exemple, la gestion de notre équilibre pendant le swing est pour l'essentiel assurée par une commande réflexe.

Les trois types de contractions musculaires : Rapprocher - Tenir - Freiner

Quand le corps charnu d'un muscle se raccourcit et que les tendons déplacent l'un vers l'autre les os sur lesquels ils sont attachés, on parle de contraction "concentrique". Le muscle se concentre. Vous avez en tête l'image d'un gros biceps qui soulève une lourde charge.

Mais si on parle de contraction musculaire concentrique au golf, on peut évoquer, par exemple, la contraction des biceps qui fléchissent les coudes pendant le backswing ou encore celle des muscles qui font tourner le tronc.

Les deux autres types de contraction musculaire se retrouvent elles aussi dans le swing de golf.

Juste avant de déclencher votre montée, vous maintenez vos genoux légèrement fléchis, le buste un peu penché en avant, etc. Pendant un petit moment, l’essentiel de vos muscles sont légèrement contractés et maintiennent une certaine forme d’immobilité.

La contraction musculaire qui permet de garder cette position est appelée contraction « isométrique ». Son intensité est équilibrée entre des muscles qui sont antagonistes, comme les fléchisseurs et les extenseurs par exemple.

10

Enfin, dernière forme de contraction musculaire : la contraction « excentrique ».

Cette contraction du muscle correspond à son relâchement progressif qui va servir à freiner un mouvement. Si je reprends l’exemple des muscles qui vous ont permis de réaliser votre montée, passé le moment de l’impact, ces mêmes muscles vont relâcher très doucement et progressivement leur contraction pour freiner le mouvement de torsion de votre corps. Ils ont alors un rôle protecteur, en particulier au niveau des structures de votre dos.

Schématiquement et contrairement à certaines idées reçues qui voudraient qu'un nombre limité de nos muscles soit en action au cours d'un swing, ce sont en fait quasiment tous les muscles de votre corps qui travaillent. Chacun à un moment donné est sollicité en concentrique, en isométrique et en excentrique. Une bonne raison de les entraîner dans ces trois composantes pour augmenter vos performances. 

Avoir à l’esprit ces différents types de contraction permet de comprendre tout l’intérêt d’un entraînement physique spécifique en parallèle de l’entraînement technique que vous effectuez avec les conseils de votre Pro.

Vos exercices de préparation physique doivent dynamiser vos muscles et non pas chercher à les renforcer, comme on peut le faire avec un programme de musculation en salle.

Chaque groupe musculaire doit être travaillé  avec le bon type de contraction dans la bonne position pour respecter les besoins spécifiques du golf.

11

 

Entretenez et améliorez
votre tonus musculaire
avec Chestam

Je choisis mon abonnement

Conçu par des professionnels de santé passionnés de golf et de biomécanique, le coaching vidéo Chestam intègre ces notions.

Laissez-vous guider et faites vos exercices avec le bon rythme, le bon timing et une alternance des trois types de contraction pour un résultat optimum. 

Philippe Chéoux | Kinésithérapeute & Ostéopathe DO

Avec Golf Planète